2ème bougie pirate !

 

 

La Petite Maison fete ses deux ans, avant sa démolition proche. Les « homo economicus » alias la SIEMP soutenue silencieusement par la mairie du 11ème, vont construire pour notre bien à tous : UN IMMEUBLE ! Qué projet..

 

11136227_667843670013644_2497173654625594512_o

 

Tout doit disparaitre. Comme si l’humanité avait 50 ans.
On rase l’histoire, elle n’est pas rentable.

L’économie comme enfant diabolique du « travail, famille, patrie ». « Ca » dirige notre quotidien, notre paysage urbain.
Regardez l’histoire a disparu, plus rien n’a de passé, les rues se meurent.

 

Le 11ème arrondissement, un quartier populaire d’artisans. Lieu nouvellement témoin d’une guerre rendue moins lointaine à ses habitants. La commune, Aligre, Bastille, Charonne… Il est révolté et vivant dans les livres ce quartier. Mais ca bouge. Bientot on ne pourra qu’y manger et boire dans cet arrondissement. Moins d’intéractions, moins de culture, moins d’accessibilité, plus de bouffe, plus de consommation : massacre cérébral de masse, “ oublie tes envies et remplis toi !”


Pour sur y a des survivants : l’association de quartier Saint Bernard, le jardin potager rue Trousseau, la commune d’Aligre, le palais de la Femme, les petits théatres… Ca fourmille encore, mais pour combien de temps ?

Et comment se saisir de ce problème qui n’a pas de forme physique. C’est un mouvement social de masse où l’argent est le seul critère. C’est « ca » qui nous permet de répondre à notre besoin de sociabilité dont la diversité de choix est fortement restreinte : 
Qu’est ce qu’on fait ce soir : nouilles ? burger ? bo-bun ? fish & chips ? crêpes ? vin blanc ? bière ?

 

A croire qu’on se laisse réduire à manger et boire, pipi et caca.

 

Nous avons laissé notre horizon se rétrécir. Depuis le temps que l’homme vit en groupe dans la cité, les intéractions entre nous se sont drastiquement evaporées. Sauf sur les terrasses ou dans les restaus. Et quand bien même…
Notre seul point commun doit-il vraiment être l’argent qui nous permet de boire le même vin sur la même terrasse d’un nouveau bar concept ?

Nous, on essaie d’être vivants dans ce contexte où l’on nous fait croire que l’économie détermine ce que tu peux être. Ce « nous » représente autant d’idées que de personnes, alors donnons lui une forme, celle d’un lieu : La Petite Maison, 8 rue Godefroy Cavaignac.

 

Lieu alternatif, squat, appelez-ça comme bon vous semble. Nous on l’appelle la maison.

 

Au nom de la débrouille et de l’autonomie, on est rentré en septembre 2014, pour y vivre. Et rapidement, on se dit que l’espace mérite d’être partagé et ouvert. Parce que ça nous manque à nous dans la ville, alors on va le faire.

C’est surement ça qu’on nous reproche : notre besoin d’échanger et de partager, de découvrir ce que font les autres, de s’exprimer, de s’émerveiller, de critiquer, de construire, de créer, d’aider, de se donner ce dont on a besoin, répondre à ce qu’on ne peut s’offrir. Soit parce que ça n’existe nulle part, soit parce que l’argent le rend inaccessible.

 

Alors certains vont nous balayer de la main d’un qualificatif négligemment hautain du genre “pff squat arti”, pendant que les autres nous toisent derrière leur cigarette cousue en étalant combien sale et paria nous sommes : mauvais citoyens.

 

Pourtant en 2 ans on en a regroupé et accuellit du monde. Surement assez pour se faire détester par tout le monde d’ailleurs. Mais tant qu’on reste intègre avec nous meme, nous on se porte bien. Retour ligne automatique
En deux ans, on a dépassé : Retour ligne manuel
- les 1000 nuités d’hébergement d’urgence à plus ou moins long termes ; Retour ligne manuel
- la centaine de collectif a venir occuper le lieu ; Retour ligne manuel
- la centaine de scène ouverte qui se multiplie par deux si on y ajoute les jams ; Retour ligne manuel
- de l’espace pour des répèts en accès libre idem pour l’espace de travail ! Retour ligne automatique
Que d’occasions de ne pas être d’accord, de se prendre la gueule.. Mais nous on s’en souviendra.

La SIEMP -Société Immobilière Mixte de la ville de Paris – reserve le même sort à la Petite Maison qu’à la rue Dénoyers : Une belle et bonne demolition, pour une bien plus rentable construction. Enfin… ca c’est ce qu’ils disent, comme ils l’ont dit à feu la Miroiterie.

 

Un autre lieu qui a vécu, un autre lieu qui passe son dernier hiver, un autre lieu qui meurt et surtout d’autres projets economiques qui detruisent les possibilités dans la capitale. Nous remarquerons que ce sont toujours les memes acteurs minoritaires qui choisissent le paysage urbain de la majorité… fatigant non ?


Gardons une blague pour la fin : la SIEMP exige que l’on s’expulse fin décembre, sans relogement. Ils apellent ça du chantage… Aaaah la vie des bureaux !

 

La Petite Maison souffle sa deuxième bougie pirate le 30 octobre 2016, “LICORNE IS NOT DEAD”, et on va s’en assurer. Parce qu’on ne dormira pas dehors ! ! 

 

Pour l’abolition de la suprématie des homos economicus, on continuera à faire ce qu’on dit :
“Squatter c’est exercer son droit de désobeissance face aux dysfonctionnements du système”
Squattement votre,
R.A.S.