Candybox expulsé

Évacuation ou Prétexte à une expulsion sans procédure,

sans relogement ni dignité ?

Le 30 avril un arrêté du Préfet de Police de Paris aurait été affiché sur les murs de trois bâtiments sis 10/12 rue de Candie et 161 rue du Faubourg Saint-Antoine, 75011 Paris que le collectif CANDYBOX occupe en partie depuis janvier 2009. Cet Arrêté stipule le départ immédiat de tous les occupants et précise que le concours de la Force Public pourra y procéder. Étrangement, cet Arrêté ne concerne pas l’entreprise « Rennote » pourtant situé au premier étage d’un des trois immeubles.

Mardi 5 mai 2009 à 7 H, le collectif CANDYBOX (occupant sans droit ni titre), un locataire (loi 1948) ainsi que trois autres locataires (ayant signé une Convention d’Occupation Temporaire jusqu’au 15 septembre 2009), ont été expulsés, sans qu’aucun n’ait été personnellement prévenu.

Cette évacuation d’urgence a pris la forme d’une expulsion se déroulant dans des conditions inacceptables, violentes et comportant de nombreux dysfonctionnements. Une évacuation n’est pas une expulsion ! Les portes ont été défoncées à 7 H du matin, les occupants ont été sommés de quitter les lieux au plus vite et ont été interdit d’utiliser leurs téléphones même pour appeler leurs avocats ; l’inventaire des biens et effets a été fait en à peine deux heures par un seul huissier alors que les bâtiments de plus de 500 m2 contenaient les affaires, œuvres d’art, meubles et outils de travail des vingt permanents du collectif (dont dix logements) et du locataire loi 1948. Seul les occupants des logements (9 personnes) étaient présents. Les dix autres occupants prévenues à 7 H 30 (en cachette) s’étant présenté sur place n’ont pas été autorisés à récupérer leurs affaires ou d’en faire l’inventaire alors qu’ils se sont présentés à de multiples reprises aux forces de l’ordre. De plus nous avons constaté une différence flagrante de traitement selon le statut des occupants (sans titre et sous convention d’occupation temporaire et sous Bail loi 1948). Rapidement mis dehors, les occupants ont été conviés à quitter les lieux sans proposition de relogement.

« Pas d’expulsion sans relogement » selon Mme Boutin il y a quelques mois, c’est donc une obligation de proposer aux personnes évacuées un relogement d’urgence et temporaire. Si le bâtiment abandonné depuis plus de sept ans comporte les réels dangers évoqués celui-ci aurait du être consolidé ou rapidement démoli. Or, les dispositions prise dans la journée n’ont té que de murer le bâtiment …Les occupants ne demandent que la consolidation du bâtiment la réintégration des locaux.

Il faut ajouter que l’état des lieux fait par les architectes et techniciens de la Préfecture de Police n’a été effectué que visuellement, sommairement, sans document ou expertise à l’appuie, ni mise en place de mesures de mise en sécurité.

Est-ce que cet arrêté disant que les occupant courrait un danger n’était en fait que le prétexte à une expulsion sans procédure ni débat public puisque nous discutions avec certains de nos élus de la signature d’une convention d’occupation temporaire jusqu’au premier coup de pioche.

Présentation de l’intersquat

 

BREF HISTORIQUE

 

L’ »intersquat  » existe un peu partout, en Europe et en France. Mais force est de constater que les différentes initiatives se sont souvent heurtées à d’inévitables embûches. Les chartes, la structuration (hiérarchisation…), l’institutionnalisation, l’instrumentalisation et la récupération (personnelle, politique ou répressive) des initiatives et des lieux sont autant d’enjeux sensibles.

Difficile donc de se démarquer et d’éviter de s’auto piéger. Pour évoluer vers un dispositif plus souple, plus fluide et mieux adapté aux différents projets des acteurs (citadins ou ruraux), il faudra pourtant savoir contourner les obstacles.

Parfois créés autour d’axes politiques (autonomes, anarchistes, libertaires, autres…), artistiques ou sociaux, ces expérimentations ont connues des échecs, et de belles réussites.

L’EXPERIENCE PARISIENNE

 

En 2005, les personnes, les acteurs de différents lieux ou collectifs parisiens et d’Ile de France se sont rencontrés autour de certaines valeurs :

– le respect de chaque entité, de ses choix organisationnels et identitaires. En bref, l’acceptation de la singularité de chacun (squat, lieux de création, de production artistique ou culturelle, subventionnés ou non, groupes informels, collectifs hors les murs …)
– La libre adhésion à l’inter squat. Chacun conservant l’entière maîtrise de son rythme et de ses objectifs.
– Le refus de tout dogme, de toute domination. Le dénie de toute hiérarchie.

Ce qui a permis de :

– mutualiser nos expériences et connaissances (en matière de droit, de politique locale ou sociale, d’organisation…) sur l’évolution d’un lieu, depuis son ouverture jusqu’à sa fermeture.
– nous connaître les uns les autres, pour être plus performants et solidaires face aux difficultés parfois rencontrées
– cerner les problèmes, les besoins, les objectifs de chacun : notre place dans la cité (et ailleurs!).
– Penser à la création d’un réseau régional, puis français et regarder un peu vers nos amis européens pour mettre en commun les objectifs personnels et collectifs d’acteurs locaux, nationaux et supranationaux.

 

L’OUVERTURE EUROPEENNE

 

En 2008, nous avons réalisé deux FOU (Festival des Ouvertures Utiles), en mai et octobre. Nous avons également rencontré le squat 123 à Bruxelles. Enfin, une équipe est allée visiter un lieu à Rome, une autre à Barcelone et à Berlin. Nous nous sommes réunis et avons travaillé en commun, toujours dans le respect de nos valeurs communes et individuelles.

 

PROJET ROME

 

L’objet de ce texte est de nous permettre de créer un festival européen des lieux de vie, squats et autres collectifs associatifs, 16-17-18 octobre 2009 à ROMA (Italia). C’est suite à notre visite à Rome en novembre dernier que l’idée d’organiser un rassemblement, en partenariat avec nos amis italiens s’est formé.

 

Le but de cette rencontre est de consolider un réseau européen, qui aurait pour objectifs :

– De connaître et de comprendre les différents contextes sociaux et politiques de nos pays respectifs.
– De favoriser la circulation des personnes, des idées et des moyens.
– De permettre une harmonisation, un partage et une mutualisation des outils à mettre en œuvre notamment face à la montée irréversible du National Libéralisme, la production croissante de « dommages sociaux économiques » collatéraux ou de l’éradication de citoyens autogérés « gêneurs et dérangeants ».
– De faire émerger les politiques ascendantes culturelles, sociales ou de santé, pour permettre aux personnes et aux collectifs d’interpeller les pouvoirs en place pour que les Etats-Unis d’Europe ne soient pas une prison blanche et inhumaine.
– De créer un moment de production artistique, un festival de network, une occasion pour se confronter sur la scène internationale et représenter ses propres expériences et productions.

Concrètement, un groupe de travail s’est constitué pour l’organisation et la réalisation de cette rencontre européenne.

Nous souhaitons dans un premier temps prendre contact avec le maximum de lieux en France et en Europe pour :

– Expliquer notre mode opératoire
– Proposer aux différents collectifs, réseaux ou squats de participer à l’organisation et à l’animation de la prochaine rencontre de Rome

Ces données seront la base de notre organisation pour le festival européen. Il devrait s’articuler autour de quatre pôles :

– Organisation de forums et ateliers, créations de textes et outils
– Organisation des scènes et lieux de production artistique
– Gestion matérielle et administrative
– Communication avant, pendant et après ce premier festival interactionniste.

 

Rome GB

THE PARISIAN EXPERIENCE

In 2005, the persons, the actors of different places or collective groups in Paris and its district, met around certain values :

– The respect of every entity, of its organizational and identity choices. In brief, the acceptance of the oddity of each (squat, creation places, of production more artistic or more cultural, subsidized or not, informal, collective groups out the walls …)
– The free adhesion to the inter squat : Each preserve the entire mastery of his rhythm and of its objectives.
– The refusal of all dogma, of all domination. Denies it of all hierarchy.

That allowed :

– The mutualization of our experiences and knowledge (in the matter of right, of local or social political, of organization…) on the evolution of a place, since its opening until its closing.
– We to know one another, to be more performance and more united facing difficulties sometimes met
– To surround the problems, the needs, the objectives of each : our place in the city (and elsewhere !).
– To Think about the creation of a regional, then French network and look at a little towards our European friends to put in common the personal and collective objectives of actors more local, more national and more supranational.

The EUROPEAN OPENING

In 2008, we realized two FOU (as CRAZY : Festival of the Useful Openings), in May and October. We equally met the squat 123 to Brussels. At last, a team went to visit a place to Rome, another to Barcelona. We will go soon to Berlin. We met and worked in common, still in the respect of our common and individual values.

ROME PROJECT

The object of this text is to allow us to create an European festival of the places of life, squats and other associative groups, the 16-17-18 October 2009 to ROMA (Italia).
This is after our visit to Rome in last November that the idea was formed to organize a gathering, in partnership with our Italian friends.

The goal of this encounter is to consolidate an European network, that would have for objectives :

– To know and to understand the different social contexts and politics of our respective country.
– To favour the circulation of the persons, ideas and means.
– To allow a harmonization, a division and a mutualization tool to implement notably facing the climbed irreversible of National Liberalism, the production growing of collaterals « social economical damages », or the eradication of run ones on a cooperativeen basis citizens « troublemakers and disturbing ».
– To do emerge the political rising one cultural, social or of health, to allow the persons and to the collective ones to shout at the strengths in place for that the United States of Europe be not a white and inhuman prison.

Concretely, a work group constituted itself for the organization and the realization of this European encounter.

We wish previously to contact the maximum of places in France and in Europe :

– To Explain our operative method (Why an « inter-truc »)
– To Propose to the different collective one, networks or squats to participate in the organization and to the animation of the next encounter of Rome
– To Propose clear responses to different interrogations : why a squat (or a place occupation) ? A local or national Network ? An international one ?
– To Propose a reflection around six principal axes. This organizational weaves could allow us all to structure forums and workshops, productions of festive and artistic events.

 

These data will be the basis of our organization for the European festival. It should focus around four centers :

– Organization of forums and workshops, creations of texts and tools
– Organization of the scenes and places of artistic production – material and administrative Management
– Communication before, during and after this first “interactionniste” festival.

 

These centers we seem pertinent but each is free to work on the subjects that seems to him the most pertinent one also we encourage yourself to combine yourself all fastest possible to constitute teams of work. (cf. forum axes)

Progetto ROMA

 

“ Le città sorgevano, prosperavano, poi sparivano; gli uomini passavano, si amavano o si scannavano, poi morivano.
In quel deserto, nessuno era niente, né lui né il suo ospite. E tuttavia, fuori di quel deserto, né l’uno né l’altro avrebbe potuto vivere veramente. ”

A. Camus

 

L’esperienza Parigina

Nel 2005, gli attori di diversi squats e collettivi di Parigi e della regione dell’Ile de France si sono ritrovati attorno ad alcuni valori:

– il rispetto di ogni entità, delle sue scelte d’organizzazione e della sua identità. In breve, l’accettazione della singolarità di ognuno (squat, luoghi di creazione, di produzione artistica o culturale, sovvenzionati o no, gruppi informali, collettivi fuori dai muri).
– la libera adesione all’intersquat. Ognuno conserva l’intero controllo del suo ritmo e dei suoi obiettivi
-il rifiuto di ogni dogma, di ogni dominazione e di qualsiasi gerarchia.
Ciò ha permesso di :
mutualizzare le esperienze e le conoscenze (in matiera di diritto, di politica locale o sociale, d’organizzazione) sull’evoluzione di un luogo, dall’occupazione fino all’espulsione;  conoscerci gli uni e gli altri, per essere piu pronti e solidali di fronte alle difficoltà a volte incontrate;
pensare alla creazione di una rete regionale e poi europea per mettere in comune gli obiettivi personali e collettivi d’attori locali, nazionali e sovranazionali.

 

L’apertura europea

Nel 2008, abbiamo realizzato il secondo FOU, Festival delle aperture utili di spazi alternativi di creazione, di vita e di sperimentazione artistica, culturale e sociale (http://festivalfou.blogspot.com/).

 

L’obiettivo di questo festival è di permettere di creare un Festival europeo dei luogi di vita, squats, centri sociali, casa ocupada, e altri collettivi associativi, il 16-17-18 ottobre a Roma. In seguito ad una visita a Roma, è nata l’idea d’organizzare quest’incontro in partenariato con il CSOA Forte Prenestino.

 

Lo scopo di questo incontro è di consolidare una rete europea che avrebbe per obiettivi :

– creare un momento di creazione e di produzione artistica in maniera autogestita (tutti gli artisti autofinanziano la propria partecipazione)
-conoscere e capire i differenti contesti sociali e politici di ogni paese;
-favorire la circolazione delle persone e delle idee;
-pemettere un’armonizzazione, una condivisione e una mutualizzazione degli strumenti contro la crescita irreversibile del nazionalismo e del liberalismo trans-europeo;
-fare emergere delle politiche socio-culturali ascendenti, per permettere alle persone e ai collettivi d’interpellare i poteri in questione perche gli “Stati Uniti d’Europa” non siano una prigione bianca e inumana.

 

 

In un primo momento, l’obiettivo è di metterci in contatto con il massimo di realtà in Europa per:

– spiegare il nostro modo di funzionare;
-proporre ai differenti collettivi, reti, squats,centri sociali…, di partecipare all’organizzazione e all’animazione del prossimo incontro a Roma;
-coinvolgere il massimo di realtà artistiche che vogliano esprimersi durante l’incontro;
-proporre una riflessione attorno a degli assi principali;
-proporre delle risposte chiare alle diverse domande. Perché uno squat (o un’occupazione dei luoghi) una rete locale o nazionale? Internazionale?

 

Questi dati saranno la base della nostra organizzazione per il festival europeo che dovrebbe articolarsi intorno a 4 poli:

-organizzazione di  forum e di dibattiti;
-organizzazione di scene e luoghi di produzione artistici;
-gestione materiale e amministrativa;
-comunicazione prima durante e dopo l’incontro.

Organization

In the framework of the preparation for the meet ROME of the 16-17-18 October 2009, our suggestion is to be able to open a dialog that can result in the organization of a forum and to the organization of the events of artistic production.

FORUM ORGANIZATION

Here the points that one proposes and there where some are our reflections :

In the matter of the forum, one proposes axes of reflections that become real previously by discussion workshops during the FOU (Festival of the Useful Openings) of May that takes place at Paris, regarding an effective programming for the meet October to Rome.
Those are suggestions and as such widely opened to the discussion.
The idea is that every squat, country or intervening can work and orient the forum evolution according to its cravings.

1. JUSTICE & POLICE
2. HEALTH
3. SOCIAL
4. CULTURE
5. MEDIA
6. RESOURCES ET FONCTIONING
7. OTHER SUGGESTIONS

Above the different points that we propose to exchange are declined by theme.

JUSTICE & POLICE :

-Position, experience, average of action ?
For example : organization with or without lawful support, the device of common right (Apprehension, knowledge, usages) to national level and to European level.
The reports with authorities (more police, more lawful and more political), divide and experiences mutualization…

HEALTH :

-Position, experience, average of action ?
For example : cultural social disqualification, pigeon fancying, the access to the rights and to the cares for all person.
Which sanitary issues; life expectancy; how to project itself towards care empowerment…

SOCIAL :

-Position, experience, average of action ?
For example : The right to the lodging, which issues? The access to the social rights of the individual (social minima and access to the cares); the integration and link in the neighbourhood (the neighbourhood counsels, the associations, the inhabitants…)…

CULTURE :

-Position, experience, average of action ?
For example : the different cultural practices, the right to the expression and engagement liberty; zone of temporary autonomy, squat of dwelling and/or artistic. An element key : the research of space.

MEDIA :

-Position, experience, average of action ?
For example : which report to the media (TV, radio, press, billposting, movie and internet) ; Is it necessary to contact them and to address to them ? If yes, how? Which of them ? Creation of autonomous media.

RESOURCES ET FONCTIONING :

-Position, experience, average of action ?
For example : the ploughing back of profit ; the salvages ; the subsidies ? Organization of the places of life : house counsel, associative structure, the life in group ; divides experience and put in common of competences.

ARTISTIC PRODUCTION

The idea is to create one or more artistic events. The people been interested by the organization can propose themselves in the flowchart until May 24.
In a second time, free to all to propose projects of organization, of activity or of artistic productions by way of referring or of participants. (Projections, theater, exhibitions, living art, shows, etc…)
The thus created flowchart will allow establishing a reliable and functional organization allowing assuring a better management of the events.

L’experience Parisienne

En 2005, les personnes, les acteurs de différents lieux ou collectifs parisiens et d’Ile de France se sont rencontrés autour de certaines valeurs :

  • le respect de chaque entité, de ses choix organisationnels et identitaires. En bref, l’acceptation de la singularité de chacun (squat, lieux de création, de production artistique ou culturelle, subventionnés ou non, groupes informels, collectifs hors les murs…)
  • La libre adhésion à l’inter squat. Chacun conservant l’entière maîtrise de son rythme et de ses objectifs.
  • Le refus de tout dogme, de toute domination. Le dénie de toute hiérarchie.

Ce qui a permis de :

  • mutualiser nos expériences et connaissances (en matière de droit, de politique locale ou sociale, d’organisation…) sur l’évolution d’un lieu, depuis son ouverture jusqu’à sa fermeture.
  • nous connaître les uns les autres, pour être plus performants et solidaires face aux difficultés parfois rencontrées
  • cerner les problèmes, les besoins, les objectifs de chacun : notre place dans la cité (et ailleurs!).
  • Penser à la création d’un réseau régional, puis français et regarder un peu vers nos amis européens pour mettre en commun les objectifs personnels et collectifs d’acteurs locaux, nationaux et supranationaux.

C’est quoi ça?

 

Le site de l’Intersquat est né avec le désir de mutualisation des squats de Paris.
Le principe étant de créer une plateforme d’échange et d’ouverture, co-construite par les acteurs de l’Intersquat.

Ce site a pour vocation première de renforcer les liens entre les différents collectifs, de développer des outils communs mais aussi d’assurer une large visibilité à tous les squats désirant y participer.

 

Amour et Conspiration,
L’équipe Intersquat.

 

Projets liés :

 

 

– globenet.org 

Association au service des associations ; accès à internet sans abonnement.

Fourniture d’accès, Hébergement de sites, Hébergement de serveurs, Mise à disposition de bande passante.

 

– libreacces.org

Libre Accès est une coopérative de soutien au mouvement artistique des licences de libre diffusion ayant pour objectif de fournir un cadre économique juste assurant une bonne rémunération des artistes.

 

– no-log.org

Accès à internet sans abonnement et serveur mail.

 

– dogmazic.net

La musique libre sur internet. Association de promotion et de soutient aux créations musicales indépendantes.

 

– lemondedesbaronsperches.com

le Moulin des Barons Perchés, association oeuvrant pour une culture populaire, conviviale et de proximité.
Résidence d’artistes au vert.